Le glutamate de sodium, définition et danger (2ème partie)

Voici la suite du dossier sur le GMS ou Glutamate MonoSodique.

Les différents noms du Glutamate de sodium

Il faut savoir que le GMS est une sorte de “poison caméléon” qui peut se cacher sous différents noms selon les fabricants d’aliments.

Alors pour “faciliter ” la traque de ce produit, mais sans pour autant devenir paranoïaque, voici la liste des différents noms du Glutamate.

Le glutamate monosodique (additif alimentaire n° E621), communément nommé glutamate ou encore GMS (MSG en anglais), est utilisé principalement comme exhausteur de goût dans l’alimentation “moderne”.

C’est un sel de l’acide glutamique (E620), cependant d’autres sels sont aussi utilisés :

  • Glutamate monopotassique (E622)
  • Diglutamate de calcium (E623)
  • Glutamate d’ammonium (E624)
  • Diglutamate de magnésium (E625)

Les autre noms du glutamate monosodique :

  • GMS,
  • natrum glutamate,
  • gélatine,
  • protéines ou huiles végétales hydrogénées,
  • certaines huiles de mais,
  • extrait de levure
  • levure ajoutée,
  • Assaisonnement (lorsqu’il n’est pas défini),
  • “Arôme” Naturel,
  • Attendrisseur Naturel de Viande.

et en anglais :

  • MSG
  • Accent
  • Natural Meat Tenderizer
  • Ajinomoto (nom de marque japonais de l’Umami)

Quantités à ne pas dépasser

D’après la réglementation Européenne

Les “sels de l’acide glutamique (additifs E620 à E625) sont autorisés dans les denrées alimentaires en général (à l’exception de celles mentionnées à l’article 2 paragraphe 3 de la directive 95/2/CE –ndlr : en gros, les denrées alimentaires non transformées, si toutefois il en existe encore !–) jusqu’à un maximum de 1g pour 100g, seuls ou en mélange. Il n’y a pas de limitation d’usage dans les condiments et assaisonnements (!)”.

En Amérique du nord Le glutamate monosodique est considéré comme un ingrédient nutritif commun, tout comme le sel, la levure ou le poivre ! Il n’est donc soumis à aucune restriction d’usage…

Si les aliments au Glutamate monosodique étaient rares et en contenaient peu, ce n’est plus le cas aujourd’hui à cause de la fameuse “nécessité commerciale”. En effet, elle provoque une véritable compétition entre les différents fabricants qui augmentent les doses de glutamate pour gagner de nouvelles parts de marché !

Aussi, par effet cumulatif, notamment si vous utilisez beaucoup de sauces et de condiments, vous pouvez ingérer des doses relativement importantes de Glutamate dans une même journée…et de façon répétée tout au long de l’année.

Où trouve-t-on le Glutamate monosodique (GMS) ?

Il est plus simple de dire : DANS PRESQUE TOUT !!

Les produits qui en contiennent le plus :

  • les chips,
  • les soupes en sachets,
  • les bâtonnets de crabes (surimi),
  • certaines charcuteries,
  • presque tous les bouillons en cubes (même “BIO” !!),
  • certains mélanges d’épices,
  • de très nombreux plats préparés (dont les risottos),
  • des centaines de desserts, bonbons et autres gourmandises pour enfant,
  • les produits dits de “régime” (où l’on trouve parfois le GMS et l’Aspartame dans le même produit !!),
  • de nombreux produits au soja,
  • etc.

Les aliments qui en cachent souvent :

  • protéines de soja ou de blé,
  • sirop de mais,
  • acide citrique ou concentré,
  • épices,
  • arômes artificiels ou naturels,
  • arômes naturels de poulet, de bœuf ou de porc,
  • arôme “fumé”,
  • “maltodextrine”,
  • sauce au soja,
  • arôme de caramel.

Ceux qui en cachent parfois :

  • protéines de lait, d’avoine ou de riz,
  • carraghénane (algue gélifiante),
  • isolat de protéines de blé ou de soja,
  • sauce au soja,
  • extrait de malt,
  • concentré de protéines.

Remarque importante :

Hélas, on trouve également du glutamate dans certains suppléments de vitamines, dans les capsules de médicaments (ndlr : on trouve bien des sels de mercure dans les…vaccins !) et les compléments alimentaires contenant de la gélatine !

Alors, le Glutamate : ami ou ennemi ?

Posez-vous la bonne question : par quoi (ou par qui) est provoquée l’épidémie d’obésité et de diabète ?

Comparez les effets des produits naturels (ou mieux, bio) avec ceux des produits industrialisés et “chimiqués”, ou “trafiqués” si vous préférez.

Observez, réfléchissez et déduisez-en la “marche à suivre” !

L’Homme d’aujourd’hui se retrouve seul face aux grands lobbies incontrôlables (agro-alimentaires, pharmaceutiques, financiers, etc.) qui ne songent qu’à faire des profits par tous les moyens en “oubliant” complètement le service qu’ils étaient sensés rendre au client final, c’est-à-dire à Vous.

Alors, ne vous laissez plus prendre au piège, soyez vigilants, faites fonctionner votre Bon Sens !

Mon conseil

Comme je vous l’ai expliqué dans mon livre gratuit “Les Aliments Spécifiques à l’Homme“, si vous ne mangez que ce dont votre corps a besoin vous ne serez plus jamais malade. Vous éviterez tous les produits alimentaires industriels toxiques qui finissent toujours, à plus ou moins brève échéance, par venir à bout de votre système immunitaire !

Bien sûr, rien ne vous empêche de vous faire plaisir de temps en temps. C’est bon pour le moral !

Alors :

Fuyez les aliments “industriels”, avec ou sans glutamate,
avec ou sans additif alimentaire !

Mangez naturel (et même bio) et équilibré.
C’est le seul moyen d’éviter la toxicité engendrée
par les aliments industriels modernes.
Et surtout mangez varié pour éviter des carences éventuelles !

Portez-vous bien !

26 commentaires à propos de “Le glutamate de sodium, définition et danger (2ème partie)

  1. Bonjour,

    Peut-on, selon vous, trouver des additifs alimentaires, et notamment du glutamate mono-sodique, dans les pains vendus dans les chaines de boulangeries (type Paul ou Brioche Dorée) ?
    Je m’interroge aussi sur la présence de glutamate mono-sodique dans les cracottes de la marque Lu, étant donné que certaines d’entre elles contiennent de la “protéine de lait”.
    Idem pour les bretzels, dont l’extrait de malt d’orge est l’un des ingrédients, et qui est parfois considéré comme un des noms caché du Glutamate mono-sodique.

    Si quelqu’un a une réponse à ces questions…

    Anthony

    • Bonjour Anthony,
      Si vous êtes sur mon site c’est que vous vous intéressez au naturel.
      Alors je n’ai qu’une réponse à vous faire : n’achetez jamais de tous ces produits industrialisés qui sont bourrés d’additifs de toutes sortes et qui pour la plupart ne contiennent plus rien de naturel !
      Si vous voulez vous faire plaisir vous pouvez acheter ce genre de produits, mais uniquement pour vous faire plaisir, pas pour vous nourrir, et ne me demandez pas s’ils contiennent des gsm !
      Portez-vous bien,
      Michel

      • Bonjour,
        J’évite au maximum les produits industriels, mais mes questions concernaient des aliments tout de même relativement “simples” (baguette, cracottes, etc.).
        Je n’ai malheureusement pas le temps de tout préparer moi-même.

        Anthony

        • Bonjour Anthony,
          Si la baguette est “simple” il n’en est sans doute pas de même pour la craquotte et autres produits qui ne sont pas mis sur le marché pour nourrir les gens, mais pour permettre de faire un maximum de profit. Et que ce profit dure le plus longtemps possible, d’où l’utilisation d’exhausteurs de goût (comme le GSM) pour rendre accros les consommateurs !
          Il faudrait plusieurs pages pour vous décrire toutes les ruses employées par les lobies agro-alimentaires pour que le consommateur consomme encore plus…
          C’est d’ailleurs pour cela que vous évitez les produits industriels.
          Alors continuez comme ça et lorsque vous voulez faire un écart, c’est à vous de calculez le risque.
          Du moment que ça ne devient pas une habitude…
          Portez-vous bien
          Michel

  2. Bonjour
    J’ai 64 ans et j’ai de l’ acouphène depuis 30 années, je viens de lire que l’ anti glutamate serait un moyen de combattre ce mal , ou est -il possible de s’en procurer
    merci de votre réponse
    Gerard

    • Bonjour Gérard,
      La gacyclidine, à ma connaissance, n’a pas prouvé son efficacité et est de toute façon un produit chimique censé traiter les effets et non la cause de vos accouphènes. On ne connait pas non plus ses effets sur le long terme.
      On est loin des traitements naturels…
      Portez-vous mieux
      Michel

  3. Bonjour,
    Merci pour vos articles sur le glutamate très intéressants.
    Depuis peu, je fais attention à tous ces additifs alimentaires et notamment au glutamate. J’ai acheté dans un magasin bio, des cubes de bouillons où il était inscrit * sans conservateurs * sans additifs glutamates. Me suis dis super j’achète, mais quelle surprise, lorsque je lis la composition à l’arrière : *extrait de levure.

    Quelle différence il y a t’il entre le glutamate monosodique (issu de l’industrie chimique) et le glutamate présent par lyse des levures. Est-ce le même type de glutamate? Ont-ils les mêmes répercussions sur la santé?

    Merci des informations supplémentaires.
    Cordialement.
    Jessica.

    • Bonjour Jessica,
      Vous mettez le doigts sur le problème de l’information du consommateurs.
      Pour le protéger, on rend obligatoire l’information concernant le contenu, mais elle est… codée.
      En plus les lobbies agro-alimentaires savent jouer sur les mots et sur les dosages minima au-dessous desquels l’affichage n’est pas obligatoire !
      Le GSM quel que soit sont mode de production rend addict à l’aliment dans lequel il est introduit (c’est le but recherché).
      Il agit au niveau cérébral et, en excès, provoque de nombreux désordres.
      Alors, il vaut mieux éviter. A moins que vous sachiez combien vous en ingérez au total, tout aliments confondus.
      Portez-vous bien,
      Michel

  4. Bonjour, je suis journaliste et prépare un article sur les effets du glutamate et ses différents noms. Je me suis lancée sur ce sujet en lisant les écrits de Corine Gouget et de nombreux blogs traitant la question. A plusieurs reprises, la liste des différents noms du glutamate est apparue, mais jamais sa source. Ma question est la suivante
    >comment savoir sous quels autre noms que ”glutamate monosodique” ou ”E621” se cache cette substance?

    Contactez-moi sans autre par email.
    D’avance merci, Malika Scialom

    • Bonjour Malika,

      Vous avez la réponse à votre question dans la 2ème partie de mon article sur “« Le glutamate de sodium, définition et danger “.
      Les différents noms du Glutamate viennent d’une part des différents sels de l’acide glutamique (répertoriés en Europe sous les numéros E620 à E625), il s’agit donc ici de chimie, tout simplement.
      Les autres noms viennent de différentes langues, de différents pays, pour nommer les différents exhausteurs de goût utilisés par leur industrie alimentaire, pour vendre plus, car ces exhausteurs de goût n’augmentent que
      l’appétence et uniquement l’appétence.
      Ils ne servent qu’à pousser les consommateurs à manger plus, et encore plus.
      Attendons-nous bien, ils n’augmentent que l’appétence qui est une Envie de manger et qui n’a rien à voir avec l’appétit qui est le Besoin de manger, lorsque le corps réclame de la nourriture.
      Bien cordialement,

      Michel

      • Bonjour, merci pour votre réponse.
        Pour les noms dans les autres langues, je m’en doutais bien. Mais je m’interroge concernant les noms «arôme» et «arôme naturel». Comment expliquer la présence de glutamate sous ces noms-là?
        Je regarde avec attention les ingrédients de ce que j’achète, et j’ai remarqué récemment qu’il y avait de l«’arôme» dans mon chocolat (touriste noir) et mon dentifrice. La nature de l’arôme n’étant pas précisée, peut-on soupçonner qu’il s’agit de glutamate?
        Merci

        • Sans doute.
          Le glutamate se cache sous le nom d’E 621, GMS pour Glutamate Monosodique ou Glutamate de sodium, mais il peut également prendre d’autres noms beaucoup moins scientifiques comme « assaisonnement naturel », « protéines hydrolysés », “épices” ou encore… « arôme ».

          Naturel au départ (le glutamate provient d’une algue marine) les 95 000 tonnes consommés annuellement dans l’Union Européenne sont essentiellement produit par une filière chimique (fermentation de bactéries corynéformes mises en culture avec de l’ammoniac et des glucides, puis par excrétion des acides aminés dans le bouillon de culture dans lequel le L-glutamate sera isolé).

          Mais le nom d'”arôme” de toute façon ne représente pas forcément quelque chose de vraiment naturel.

          Pour qu’un arôme puisse bénéficier de l’appellation “arôme naturel”, il faut que l’ensemble de ses ingrédients proviennent directement de la nature, tandis que les “arômes naturels identiques” sont produits par la chimie.

          Cependant il existe des “nuances” : l’ “arôme naturel fraise” provient effectivement de la fraise mais “arôme naturel goût de fraise” peut provenir d’autres fruits rouges ou même… de copeaux d’un bois australien ! Comme l’”arôme naturel goût noix de coco”, peut lui provenir d’un champignon !

          Dans le cas de l’”arôme naturel goût de fleur d’oranger”, on trouve souvent, en plus des fleurs, des feuilles d’oranger et même de l’orange”….

          Bon appétit !

          Michel

  5. Bonjour. Merci beaucoup pour votre article. J’aimerai savoir si la mention “épices” dans un ketchup bio sans additifs pouvait quand même cacher du glutamate? si la levure contenu dans la chapelure de poisson congelé en contenait aussi? Ainsi que le lait fermenté? Est ce que le sirop d’orge malté cache li aussi du glutamate? Ou faut il par précaution éviter tous ces produits?
    Merci de votre réponse

    • Bonjour Marie,
      Je ne suis pas dans les produits et ils sont si nombreux. La méfiance de toute façon est de mise.
      Portez-vous bien,
      Michel

  6. suis allergique….le glutamate me donne des palpitaions cardiaques et c est très inconfortable.
    Grace a vous je connais les autres noms de ce poison

  7. Bonjour à tous et merci Michel Matte d’avoir créé ce site, comme ça fait du bien de lire des choses dont on se doute depuis longtemps et qu’on lit sur votre site, je me sens moins seule à présent.

    Depuis 2006, après avoir absorbé beaucoup d’anti-inflammatoire dont l’aspirine pendant 3 mois (pour soigner une névralgie cervico-brachiale), je suis devenue allergique à l’aspirine (confirmé par des tests) puis peu de temps après, intolérante aux sulfites et au lactose, mais je l’ignorais à l’époque.

    Cela fait à peu près un an, nous sommes en 2013, que je comprends véritablement ce qui m’arrive, je ne vous cache pas que toutes ces années j’étais complètement perdue, sans soutien des médecins, ma généraliste de l’époque (proche de la retraîte) ne m’a jamais soutenue dans mes recherches. D’après elle, je me faisais des idées. J’ai changé de généraliste, c’est une jeune femme très dynamique qui m’a fait faire les examens adéquats et un allergologue m’a confirmé que j’étais bien intolérante aux sulfites et lactose.

    Comme je fais très attention à ce que je mange, ces jours-ci je viens de me rendre compte que lorsque je ne mange pas une certaine sauce tomate, la fin des repas se termine très très bien. Je me sens calme, apaisée, repue, alors que lorsque je mange cette sauce tomate, je ne vois pas la fin du repas. C’est-à-dire que j’ai un besoin irrépressible de sucre ou sucreries, chocolat, fromage blanc avec du miel etc…, dans ces moments-là il faut absolument que je trouve à manger du sucre, sachant qu’un fruit ne me calme pas. Je me suis procuré plusieurs livres dont « Le mensonge Alimentaire » et c’est ce qui m’a amenée à m’interroger à propos du glutamate.

    Et c’est ainsi que je suis arrivée sur votre site pour en savoir plus sur ce fameux glutamate et j’ai découvert que cette sauce tomate qui ne me réussit pas, ainsi que des biscottes que je prends le matin au petit-déjeuner en contiennent probablement, en voici la composition :

    Sauce tomate au basilic contenant :
    Pulpe et purée de tomates 85 %, oignons quality 4 %, carottes 4 %, huile de tournesol, basilic 1,5 %, sucre (qté pas précisée…), sel (qté pas précisée), amidon modifié de pomme de terre, ail, arôme naturel.

    Les biscottes Heudebert, sans colantant, sans conservateur :
    Céréales (97 %) (farine de blé), sirop de glucose-fructose (qté pas précisée), matière grasse végétale (qté pas précisée, probablement de l’huile de palme), levure, minéraux (calcium (phosphate), zinc (sulfate), Vitamines (E, B1, PP, B6, acide folique, agent de traitement de la farine (acide ascorbique).

    Encore merci Michel Matte !

  8. Bonjour,

    Je me pose la question de savoir si la Marmite (Yeast extract), produit anglais que je consomme énormément pour sa forte teneur en vitamine B12, contient du glutamate monosodique.
    Est-ce que quelqu’un pourrait m’éclairer ?

  9. bonjour à tous, après de très nombreuses recherches perso – et une expérience de plusieurs années j’ai en fin jeté un oeil avisé sur ce poison qu’est le glutamate.

    j’en subis apparemment les effets néfastes – dans la version quasiment la plus ardue : dans l’ordre :
    – audition + acouphènes (déjà exécrable depuis des décennies), effets neurologiques
    – symptômes fibromyalgiques depuis quelques années, accentués entre 2012 et 2013
    – + bien sûr la partie psychologique et les conséquences sur mon entourage.

    Depuis quelques mois j’ai dû changer mon alimentation pour me tourner quasi entièrement vers le poisson frais cuit à la vapeur, donc sans plat cuisiné. quelle ne fut pas ma surprise de voir les effets positifs (sauf l’audition) les jours où je mange sainement.

    comme les symptômes fibromyalgiques recommencent malheureusement épisodiquement j’ai découvert différentes discussions au sujet du glutamate.
    je m’y retrouve complètement, j’ai au moins une douzaine des effets indésirables décrits. et comme par hasard… à la sortie d’un restau chinois j’ai connu le syndrome chinois (que je viens de découvrir pas plus tard que ce matin !)

    je cherche à m’en débarrasser, si ce n’est de chasser ses effets indésirables
    probablement que le glutamate et les mauvaises graisses ne font pas bon ménage.

    merci à tous ceux qui veulent bien me lire, histoire de partager mon expérience et peut-être d’avoir plus d’indications de votre part (dépistage, traitement etc…)

  10. Désolé le commentaire s’est envoyer tout seul donc je disais comment diminuer ma consommation avec un budget étudiant ? Ensuite je consomme des fruit du fromage des yaourts et quelque légumes frais , cela peut il atténuer suffisamment l’effet du GMS ?
    en attendant de votre réponse et merci pour ces précieuses informations .

  11. Bonjour
    Après une discussion avec ma fiancée sur l’implication du GMS dans la maladie de Charcot j’ai voulut en apprendre plus et je suis tombé sur votre site très bien rédigé .
    Je m’inquiète donc pour mon cas étant étudiant , les produits industriel et soupe en sachet sont très présent dans mon alimentation .
    J’ai remarqué que vous associez souvent l’excès de GMS avec l’obésité , pour ma part je fais partie de ces gens qui ne grossissent pas quoi qu’ils mangent alors comment savoir si ma consommation en GMS est trop grande ?

    • Bonjour Gabriel,

      Vous ne le saurez que trop tard, alors essayez d’utiliser moins de produits industrialisés et manger des fruits. Ils contiennent de nombreux antioxydants qui boosteront votre système immunitaire.

      Portez-vous bien,

      Michel

  12. Je suis allergique au glutamate de sodium. J’ai eu des malaises appelés “syndrome du restaurant chinois”.
    Je ne consomme plus “chinois”.
    Mon inquiétude est que je dois aller en Chine en avril,2013 pendant un peu plus de 15 jours.
    Pensez-vous que les restaurateurs chinois pourront me préparer quelques mets sans glutamate ???!
    Existe -t- il un antidote ? allopathique ou homéopathique ?
    Je vous remercie de votre avis.
    S.Malherbe

    • Bonjour Suzanne,
      Le glutamate est tellement prisé chez les asiatiques que les japonais le considère comme la “7ème saveur”.
      C’est un exhausteur de goût très puissant, mais il en existe un autre, moins puissant mais mieux toléré: le gingembre. En général, les plats au gingembre on un goût très prononcé et ne devraient donc pas contenir de glutamate (sous toute réserve!).
      Alors pendant votre séjour, choisissez plutôt les plats au gingembre.
      Si vous êtes allergique, c’est que quelque part votre système immunitaire est “dépassé par les évènements”. Aidez-le avec des antioxydants naturels : fruits et aromates. Et l’antioxydant le plus utilisé actuellement, la canneberge sous toute ses formes : fruit frais, séché ou en poudre (ou même en gélule -magasin de produits naturels-).
      Ayez aussi une activité physique suffisante.
      Bons séjour en Chine,
      Michel

  13. Bonjour,

    Le plus simple ne serait-il pas de cuisiner nos plats nous-mêmes, avec des ingrédients frais ou achetés frais et congelés par nous, sans ajout de quoi que ce soit?

    Dommage d’aller dans l’excès… dire que le GMS est LA cause de l’épidémie d’obésité mondiale actuelle me paraît inadéquat! Regardez autour de vous! Les gens se stationnent le plus près possible de la porte de l’épicerie pour être sûr de ne pas faire un pas de trop! … et se gavent de bouffe pleine de sucre, de sel, de gras…et surtout le moins possible de légumes et de fruits!

    Je crois assez aisément que l’industrie alimentaire essaie par tous les moyens de nous rendre dépendant de leur bouffe. Y compris en y intégrant des éléments potentiellement nocifs tels que le GMS. Mais tout est nocif en excès! Même certains fruits et légumes… J’ai même appris récemment que boire de l’eau en excès pouvait se révéler mortel… (bon il faut y aller quand-même! Mais certains sportifs, poussés à l’extrême, ne réfléchissent plus, écoutent leur entraîneur qui leur dit de boire le “plus possible” pour ne pas se déshydrater…au lieu d’écouter leur corps…)

    Quand-à la soit-disant “non toxicité” des choses naturelles… parlez-moi de la belladone (même famille que les tomates), des épinards (qui contiennent beaucoup d’urée, donc à consommer sans excès..) et autres!

    Bref, sur le fond, je suis d’accord avec vous, il faut faire attention à ce qu’on mange et le GMS n’est sûrement pas aussi inoffensif qu’on voudrait nous le faire croire. Mais que dire du sucre blanc (blanchi au chlore et au strontium qui prend la place du Calcium dans nos os).

    Limiter la consommation de plats pré-cuisinés, apprendre aux enfants à apprécier le goûts des fruits et légumes frais… se tourner vers le bio, le potager (le sien ou celui du voisin qu’on connaît bien et qui n’utilise pas de produits chimiques, et à qui on rendra service à la première occasion en “paiement” de ses légumes), le miel, le sirop d’érable ou le sucre bio, …

    Je pense qu’avec un peu de bon sens, on s’en sort.
    En fait, en revenant à la nature et à NOTRE nature (humaine) on sait généralement ce qui est sain pour nous.

    Avec mes salutations
    Fanny

    • Bonjour Fanny,
      Je ne peux qu’être d’accord avec vous, puisque c’est ce que j’explique dans mon guide “4 trucs pour vivre longtemps et en bonne santé”.
      Ce qui est le plus dangereux pour la santé et la qualité de notre Vie, c’est de réagir en assisté. Beaucoup aujourd’hui attendent que le salut leur soit apporté sur un plateau, alors qu’il se trouve dans leur propre façon de se comporter.
      En effet, notre bonne santé ne dépend que de nous et des choix que l’on fait chaque jour…
      D’autant qu’il ne faut pas compter sur le “système de santé” pour nous débarrasser de la maladie que l’on aura fait naître en nous, puisqu’il s’occupe essentiellement des… maladies. Il ne devrait donc être utilisé qu’en cas d’urgence ou en dernier recours !
      Portez-vous bien,
      Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*